Je passe mon temps à râler, comment être plus positive ?

dimanche 28 octobre 2018
Chers lecteurs, chères lectrices. Vous avez devant vous le premier article invité du blog, rédigé par Laetitia, du blog Laetiboop. Cette jeune femme, niçoise dans l'âme, tient un blog Lifestyle, Mode, Beauté qui vous tient également informé des bonnes adresses azuréennes. J'espère que sa plume vous plaira autant qu'à moi, je vous laisse le plaisir de lire dès maintenant.


Que celui ou celle qui n’a jamais râler dans sa vie me jette la première pierre ! Personne ? C’est bien ce que je me disais ! Tout le monde râle, c’est humain. Certains beaucoup plus que les autres.

Mais si, comme moi, vous vous êtes (enfin) rendu compte que vous râliez plus que de raison mais que vous avez envie de vous soigner, suivez ces quelques conseils !

Râler c’est bien oui mais…

Personnellement, je trouve que râler c’est vachement cool ! On se libère, on décharge nos ondes négatives, notre mauvaise humeur, c’est cathartique.

Mais comme souvent, rien n’est tout blanc ou tout noir et rouspéter a aussi beaucoup de facettes négatives. Pour soi en premier lieu, car cela peut finir par vite vous démoraliser et vous démotiver de voir toujours le verre à moitié vide. Après on passe son temps à se plaindre et c’est l’engrenage.

Mais aussi pour les autres. Car entendre « j’ai faim », « j’ai chaud », « j’aime pas le vent », « on est encore loin ? », « j’en ai marre des bouchons » et autres chouinements 100 fois par jour ça tape sur le système.

Pour toutes ces raisons, il est essentiel d’essayer d’être plus positif. Le but n’étant pas de se transformer en béni-oui-oui mais bien de lutter contre ce comportement pessimiste afin qu’il ne devienne pas une sale habitude. Je vous rassure c’est tout à fait possible !

Quelles astuces pour arrêter de râler continuellement ?

Je distingue deux styles de plaintes :

  • Le constat : on se plaint et on s’énerve contre une situation qu’on ne peut malheureusement pas changer et sur laquelle nous n’avons aucun contrôle.

Typiquement, un ami qui vous plante à un rendez-vous, une crevaison en voiture ou un avion en retard. C’est horrible, ça met les nerfs en pelote, on y peut absolument rien mais on doit exprimer notre frustration, c’est humain. Et c’est pourquoi à mon sens ces plaintes sont plutôt saines.

  • La râlerie quotidienne : on se plaint et on s’énerve contre une situation sur laquelle on a la main et qu’on peut modifier.

Mais pourtant on continue à maugréer là-dessus tous les jours alors qu’il ne tient qu’à nous que ça change. Par exemple, le fait d’être en retard alors que vous avez encore snoozer son réveil, le fait que la maison ne soit pas rangée alors que l’on a préféré passer une demi-heure sur Pinterest hier soir plutôt que de s’atteler à la tâche, etc.

Vous l’aurez compris, c’est ce type de plaintes qu’il faut combattre ! Elles sont humaines certes mais inutiles et polluantes pour vous et votre entourage.

Il vous faut donc agir étape par étape.

Tout d’abord, commencez par analyser la situation en essayant d’être le plus objectif possible (je sais c’est difficile !). Vous pouvez par exemple demander à un ami ou à votre chéri(e) de vous faire remarquer toutes les fois où vous ruminez de façon intempestive, cela peut agir sur vous comme un déclic si le compte ne cesse de grimper au fil de la journée.

Ensuite essayez de comprendre d’où viennent ces plaintes continuelles :

  • est-ce pour le plaisir de râler ?
  • pour faire remarquer ce qui ne va pas ou ce qui n’a pas été fait façon « inspecteur des travaux finis »
  • est-ce pour vous mettre en avant ou au contraire pour vous positionner en « victime » ?
  • etc.

Il y a souvent une cause à tout cela. Une fois identifiée, vous pourrez travailler dessus en essayant de prendre sur vous. À chaque fois que vous êtes sur le point de râler, demandez-vous si dans le fond c’est si grave que ça et si ça vaut vraiment le coup de dépenser (gaspiller ?) son énergie là-dedans ? Vous verrez, la plupart du temps la réponse est non…

Pour conclure, faites la part des choses : ne diabolisez pas le fait de râler comme si c’était un horrible vilain défaut car c’est un moyen d’extérioriser. Pour autant, attention à ne pas tomber dans l’excès en vous laissant ronger par la négativité. Prenez les choses en main lorsque vous en avez le pouvoir, relativisez et respirez :)

Laetitia

ENREGISTRER CET ARTICLE SUR PINTEREST


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire